Deux icônes du Comics en costume: Spiderman et Batman !

  Si le rayon Comics est aussi écléctique que peut l'être le rayon franco-belge en terme de sujets, de graphisme, de thèmes abordés, il reste malgré tout dans l'inconscient collectif indissociable des héros en costumes, souvent appelés vulgairement " super héros ".

   Alors que l'année 2012 va offrir deux nouvelles prestations de ces personnages sur grand écran, penchons nous d'un peu plus près sur le cas de Batman et Spiderman, sans conteste les plus célèbres !

  Nous tenons à préciser que notre propos n'est pas de dire que l'un est meilleur que l'autre mais juste de procéder à une petite analyse comparative pour essayer de comprendre ce qui a fait d'eux les héros de comics les plus populaires à travers le monde !

 


Batman ou l'esprit vengeur de la nuit

  Batman apparait en 1939.

 

  Son univers est alors plus proche de Dick Tracy, c'est en quelque sorte un super-détective qui aide la police à faire justice, sans toujours s'encombrer de scrupules quand aux méthodes employées. Batman n'hésite pas dès sa première apparition à tuer froidement les criminels.

 

  Il faut savoir que sous le masque se cache Bruce Wayne, play-boy milliardaire qui ne s'est jamais remis de la mort de ses parents, abattus sous ses yeux lors d'une agression alors qu'il n'était qu'un enfant.

  Déçu par l'impuissance de la Loi à protéger les innocents, Bruce Wayne suit un entrainement spartiate, étudie le crime sous toutes ses formes, et utilise l'héritage de ses parents pour financer sa croisade contre ce Mal qui a fait de lui un orphelin parmi tant d'autres.

  Afin de terroriser les gangsters de la crépusculaire Gotham-City, il incarne sa propre peur d'enfant, à savoir la chauve-souris, pour que désormais plus aucun criminel de la cité ne se sente en sécurité à la nuit tombée...

 

 


Spiderman ou la revanche du souffre-douleur

  Spiderman apparait en 1962.

 

  C'est à l'origine un paisible lycéen très brillant mais hélas pour lui constamment malmené par ses camarades. Il faut dire que Peter Parker n'a rien d'un Apolon et que ce soit par des violences physiques de la part de ces collègues masculins ou par le mépris des filles, son entourage quotidien semble prendre plaisir à le lui rappeler.

  Peter est pourtant un gentil garçon qui a trouvé chez son oncle et sa tante l'amour qu'il n'aura jamais de ses parents mystérieusement disparus.

 

  Un accident où il se fait mordre par une araignée radioactive ( ou génétiquement modifiée selon les versions ) va changer son métabolisme et lui donner d'authentiques super-pouvoirs.

  Voyant là un moyen de gagner de l'argent pour aider ses " parents adoptifs ", il va hélas découvrir à la suite d'un terrible drame personnel qu'un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, et que son destin n'est pas de se donner en spectacle pour faire fortune, mais de mettre ses dons au service de la communauté... Même si celle-ci le voit plus souvent comme un des monstres qu'il combat !

 



Araignée et chauve-souris, deux modes de vie !

 

   La différence d'âge entre Batman et Spiderman ne réside pas seulement dans l'année de leur création, même si cela joue dans leur représentation, l'un étant né à la veille de la seconde guerre mondiale et l'autre bien après.

  Bruce Wayne est un quasi trentenaire lorsqu'il passe le costume du chevalier noir alors que Peter Parker est encore au lycée ! Leur caractère respectif s'en ressent car leur façon d'aborder la guerre contre le Mal n'a pas tout à fait la même " maturité ", même si celle ci au fond n'est pas forcément toujours du coté du plus âgé des deux...

  Peter Parker se cherche encore, Bruce Wayne a l'assurance de l'Homme Mur. L'un se construit, l'autre s'est quasiment réalisé.

 

  Le milieu social n'est pas le même non plus. Bruce Wayne ne connaitra jamais de problème d'argent, alors que ce sera toujours celui de Peter Parker.

  On pourrait même dire que cela influe sur les motivations profondes de chacun à endosser pour la première fois leur costume respectif. Alors que Batman nait d'un désir de vengeance, Spiderman lui nait d'abord d'un besoin pécunier !

  Mine de rien, là aussi la maturité de chacun s'en ressent. Bruce Wayne a voyagé, vu différents coins du globe, Peter Parker, lui n'a jamais quitté son quartier... Hors, ne dit-on pas que les voyages forgent la jeunesse ?

 

 

 

  Tous deux sont orphelins. Mais Bruce Wayne a assisté au meurtre de ses parents, Peter Parker lui ne sait que peu de choses sur la disparition des siens. 

  Alfred, le majordome du manoir Wayne, n'est pas seulement celui qui tente de compenser l'absence de père chez Bruce. C'est aussi son complice dans sa vendetta contre le crime. Alfred est celui qui conseille Batman et souvent soigne ses blessures à son retour de mission. 

  Tante May, celle qui élève le jeune Peter Parker, ne sait rien de la double identité de son neveu. Elle pense même que ce Spiderman ne vaut guère mieux que ces bandits qu'il envoie en prison. Ce qui complique pas mal le quotidien de notre jeune héros, obligé de garder son secret jusque dans son repaire... Jamais de répit pour Peter, personne ne doit deviner qu'il est Spiderman !

 

   Là se situe une différence majeure entre nos deux héros, qui explique aussi leur différence de caractère: Peter Parker a encore une vraie famille. Bruce Wayne n'en a plus. Mais face aux criminels, Spiderman est seul. Batman lui est secondé.


 


L'Homme sous le masque...

 

      Pourquoi ces deux personnages plaisent-ils tant ? Sans doute parce qu'ils sont parmi les plus travaillés en terme de psychologie par les auteurs qui les ont pris en main.


 

  Par son coté éternel malchanceux qui pourtant s'obstine à vouloir bien faire, par le fait qu'il soit d'origine modeste, incompris et souvent rejetté par les siens, Peter Parker est un personnage attachant auquel il est facile de s'identifier adolescent.

  Au-delà de ses combats contre des adversaires toujours plus fantasques, Spiderman est aussi ancré dans une réalité sociale. Il n'est pas rare que ses problèmes personnels interfèrent dans sa lutte contre le crime. Lorsqu'il part en mission, Spiderman le fait toujours l'esprit préoccupé par les soucis du quotidien: sa relation avec sa petite amie, payer son loyer... ( L'époque de création du comics en lui-même joue sans doute aussi, mais le racisme, la drogue, sont des problèmes abordés dans les aventures de Spiderman. )

  Malgré les coups durs et les échecs, l'amertume ne frappe jamais longtemps Peter Parker qui reste foncièrement gentil.  Certains le trouvent de ce fait niais, " trop bon trop con ", mais doit-on vraiment blâmer quelqu'un qui refuse de laisser le Mal gagner le faisant renoncer à ses valeurs ? Chacun son opinion !

  Bruce Wayne est moins optimiste quant au genre humain que son homologue arachnéen. Un humaniste misanthrope en quelque sorte !

  Batman n'est pas du genre à tendre l'autre joue ! Impitoyable est son deuxième prénom quand il part en croisade contre le crime, faisant de lui un personnage parfois ambigu, comme lorsqu'on découvre sa capacité à attendre de ses alliés les mêmes sacrifices que ceux qu'il s'inflige ! ( Frank Miller a beaucoup joué de ce trait de caractère dans son " Dark knight " où Batman considère Robin comme un simple soldat interchangeable )

  Pour quelle raison son plus grand ennemi, le terrifiant et psychotique Joker, jouit-il alors d'une certaine compassion de la part du chevalier noir ? Alors que Batman n'hésite pas à tuer lorsque c'est nécessaire, il s'obstine à le garder en vie. Par volonté de ne pas devenir ce qu'il combat ? Ou parce que, quelque part, le Joker incarne sa propre part d'ombre, et que le détruire serait comme se détruire lui-même ?

 

  Contrairement à Spiderman, Batman " franchit parfois la ligne " entre le Bien et le Mal. Au delà de son absence de super-pouvoirs, ce sont ses choix, parfois contestables, qui le rendent profondément  humain. Et c'est cette complexité qui le rend aussi fascinant !

  Alors que Spiderman souffre de son impopularité et de cette justice qu'il aide et qui pourtant le traque, Batman lui en tire presque sa force. Le doute n'hésite pas chez le chevalier noir sur la moralité de sa cause.

 

 


Conclusion ?

 

   Même pas un centième des aspects passionnants qui composent la personnalité de ces deux icônes n'a été évoqué ici !

  Par leurs origines, leur histoire, ils se sont forgés et sont entrés dans la légende des super-héros à force d'exploits spectaculaires mais aussi d'expériences parfois cruelles...

 

  Ce petit dossier n'a pas la prétention d'avoir mieux cerné que quiconque l'essence de ces deux personnages. Notre seul souhait est de vous avoir donné envie de découvrir par vous-mêmes Batman et Spiderman et de vous faire votre propre opinion sur ce qu'ils sont vraiment.

 

  Vous trouverez dans nos coups de coeur une sélection de leurs titres, où au-delà d'une aventure palpitante, chacun de nos justiciers a aussi dévoilé sa nature profonde.

 

  Parce que le comics, souvent critiqué pour son aspect grand-guignolesque, est avant tout une formidable études des comportements humains !

 

  Bonne lecture !